Jeudi 1er mars – Cour Carré (rue Châtel)

Slash Colorama Optimistic / Mathilde Fossy / Constellation

Aller à un vernissage de Constellation, c'est toujours le top de la branchitude dionysienne. Sérieusement, Camille Touzé et sa clique en orbite trouvent toujours des lieux inédits pour investir la ville et cette expo de grands formats réalisés par Mathilde Fossy – j'avais fortement apprécié sa recherche sérigraphique intitulée Warm Landscape – mérite cette halte spatio-temporelle. Et si vous tentiez ce détour après votre début de soirée au Grand Marché (lire ci-dessous) ?

Jeudi 1er mars – Grand Marché

Italie – Brésil 3 à 2 / Davide Enia

Il m'arrive parfois d'enchaîner un début de soirée au théâtre pour la terminer à refaire le monde autour d'un match de futchebol. Bon ok, c'est pour mater la Ligue 1 Conforama mais l'intérêt n'est-il pas justement de meubler nos vies fades par ce prétexte à boutades. Ce qui est sûr c'est que, ce jeudi, je vais pouvoir m'offrir un combo gagnant en me replongeant dans une ambiance de match théâtralisé au Grand Marché. J'ai hâte de revivre ce pan de l'histoire footballistique du point de vue italien même si ma génération a surtout été marquée par la demi-finale de 1982 qui opposa les Bleus à la RFA, futur adversaire de l'Italie en finale. Bref, tout ça ne nous rajeunit pas mais je suis impatient de voir comment un « seul en scène » peut incarner tous les rôles de cette famille de supporters siciliens. Connaissant les italiens, va falloir être attentif au jeu de mains autant qu'au parler débordant.

Vendredi 2 mars – Teat Champ Fleuri

BLOCKBUSTER / Collectif Mensuel

«Attention ! ce flim n'est pas un flim sur le « cyclimse ». Merci de votre compréhension.

Forcément, ce mashup de 1400 plans de films américains rappelle ce téléfilm mythique « La classe américaine ». Sauf que là, les acteurs de ce collectif belge donnent la réplique en live et assurent les bruitages DIY sur scène. Le genre de projet complètement extravagant qui associe la toute-puissance de l'image Hollywoodienne aux bidouillages musicaux plus proches des courts-métrages « faits à la maison ». Si tu rates ce projet délirant c'est pas de bol, cher Abitbol.

Samedi 3 mars – Le K

BCUC / Afrique 2000

Je le répète mais le K est la scène de concert que je préfère pour écouter du son en plein air et boire des verres. Pour le coup, je suis persuadé de ne pas squatter le bar tellement le show va être furibard. Il se trouve que j'ai vu cette formation de Soweto en Afrique du Sud en janvier et j'ai été scotché par l'intensité de la performance à mi-chemin entre soul et punk-rock. La choriste et le chanteur ont un charisme de fou et le concert fonctionne à percus tendues dans une urgence rare.

Mercredi 7 mars – Le Toit

HELLSA (en partenariat avec les Francos)

Après le passage de Dumazile, cloîtré deux jours avec tes gosses dans ton asile, tu te contrefous de savoir que Johnny Clegg avait enregistré un morceau avec ce titre zulu-hydrophile, tu veux juste sortir pour boire une mousse avec tes collègues. Alors rendez-vous au Toit pour cette soirée Échauffe-Toit; ce bar ayant reçu le trophée du Bonz Eudmo deux années consécutives. Je ne sais absolument rien de cette DJette mais il paraît qu'elle nous proposera un set qui va de la french-electro-pop aux chansons françaises des nineties et qu'elle promet de nous faire danser et chanter.

Jeudi 8 mars – Médiathèque Saint Pierre

DELUXE en version acoustique

@Deluxe vous donne rendez-vous et en musique s'il-vous-plaît ! Vivement vendredi !!!!

Pubblicato da Les Francofolies de la Réunion su martedì 6 marzo 2018

 

Pas moyen d'aller aux Francos vendredi ? T'as du cul, jeune moustachu, la médiathèque de Saint-Pierre te propose justement, dans sa cour extérieure, un concert gratuit du sextet Deluxe sans ampli mais avec les poils. Attention, ça va se bousculer au portillon.

Samedi 10 mars – Les Francos de la Réunion

Soviet Suprem

Je vais être franco : je ne pense pas être le cœur de cible de la prog' des Francos mais, samedi soir, l'environnement de fin de soirée devrait être bon enfant et dansant avec les Soviet Suprem, déjà présents sur le Sakifo 2015 et foutrement virevoltants. Si venir dans le Sud te semble un projet fou, alors bifurque vers les Bambous (lire ci-dessous)

Samedi 10 mars – Les Bambous

Chronique d'une conversation sensible / Cie 3.0

Je sais, j'avais déjà conseillé ce spectacle le mois dernier mais une friteuse a fait sauter les plombs de la Cité des Arts, stoppant leur élégante performance en pleine lévitation. Cette compagnie mérite une deuxième chance car il est rare d'avoir un spectacle d'une telle exigence.

Vendredi 16, samedi 17 mars – Cité des Arts

Festival Rock à la Buse

Jadis, les rockeurs péi sortaient des EP autoproduits qu'ils se refourguaient en lousdé sous leurs blousons de cuir, lors de soirées occultes, dans des cabanes de tôle, près de ravines mal famées. Puis, nos amis « hardos » – ils adorent cette appellation trouvée récemment par leurs amis des Inrocks – se sont mis à sortir des cédés, un label est sorti du sable, des compilations rock ont été gravées, d'abord un simple CD puis un double album avec des groupes de plus en plus pointus de toute la zone Océan Indien, les groupes locaux ont commencé à squatter les plateaux des plus belles salles locales et, depuis peu, ils ont même leur festival. Leurs programmations ne sont pas piquées des hannetons puisqu'ils ont notamment invité les Make-Overs (révélation rock des Trans Musicales cette année) ou encore Frustration. Cette année, l'édition s'annonce riche en gros sons avec Le Prince Harry et Magnetix qui font dans le synth-punk, post-punk, coldwave, garage. Si ces qualificatifs ne te parlent pas, tu n'as qu'à imaginer des punks 2.0 qui jouent des rythmes rétro donnant envie de sauter partout et de boire des coups. Tu verras, tu me remercieras dans dix ans, quand les filles se jetteront dans tes bras tatoués à la vue de ton tee-shirt du Rock à La Buse 2018, dessiné par Guillaume Bouzard.

Samedi 17 mars – Cité des Arts

L'affiche d'une île / Guillaume Plantevin et Hippolyte

Après ces affiches de concert utopiques, Hippolyte nous revient avec un nouveau projet similaire où il est question de revisiter les mythes de notre île par le prisme d'affiches imaginaires, ancrées dans une époque et une esthétique. C'est à la fois poétique, drôle et d'une qualité graphique inouïe. Inutile de rappeler que tout bon lecteur de Bongou doit posséder au moins une sérigraphie de ce boug dans son bouis-bouis.

Dimanche 18 mars – Théâtre Luc Donat

Patinoire / Cie 7 doigts de la main

J'ai vu ce spectacle à Avignon en 2014 et j'ai été heureux de constater que le nouveau cirque québécois ne se résumait pas aux productions aseptisées du Cirque du Soleil que j'ai depuis bien longtemps délaissées. Patinoire est un solo intimiste, où l'univers musical répond avec brio aux acrobaties ciselées du circassien, dans la droite lignée d'un Buster Keaton. C'est vraiment le spectacle familial par excellence qui a trouvé le juste (dés)équilibre entre performance habitée et show dynamité.

Samedi 24 mars – Teat Plein Air

Carte Blanche « Orchestre Univers » / Labelle

Je l'annonce tout de go : je suis fan de Jérémy que je trouve doué, curieux, obstiné et érudit mais je vais être franc, je n'arrive pas à être transporté par son Univers sur cédé. En revanche, je suis persuadé que ce mec qui a placé l'électro réunionnaise sur le grand échiquier – il est signé chez InFiné – aura bientôt le monde de la musique à ses pieds. Quoi de plus stratosphérique que le Téat Plein Air pour prendre son envol? Accompagné par l'Orchestre de la Région Réunion, j'en ai déjà des frissons.

Samedi 31 mars – Kabardock

What's up dock? / Sauvage Sound System & guests

Tu as déjà manqué Her au Kabardock au début de mois alors tu te dois de passer à cette soirée, surtout si tu veux que ta street cred  soit cautionnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.