Jeudi 3 mai – Lespas Leconte de Lisle

Théâtre/ Vincent Roca / Ma parole

Vincent Roca aime notre île. Ce parain bénévole du Komidi, et célèbre chroniqueur du feu Fou du roi revient présenter son seul en scène crée pour le festival d’Avignon 2017. L’homme est sympathique, subtil et drôle. Ma parole, ça promet.

Vendredi 4 et samedi 5 mai – Badamier teat plein air et Teat Champ fleuri

Théâtre / Les garçons manqués / Des nouvelles de l’amour / Et vivre était sublime

Oui j’ai raté Les garçons manqués à Avignon en 2017. Pourtant, leur nom bruissait entre tous les verres de rosé. Nicolas Rey l’auteur et Mathieu Saïkaly le musicien proposent deux soirées intimistes où mots et notes s’unissent pour une lecture concert. Au delà du brio annoncé, le concept m’intrigue. Donc j’y vais.

Du 9 au 12 mai – Le Séchoir

Théâtre et cirque / Leu Tempo festival / Maloya

Leu Tempo festival est un savoureux moment pour le théâtre de rue et le cirque, puisque cette manifestation sélectionne pour toi des artistes d’ailleurs aux talents éblouissants. Mais c’est aussi l’occasion d’accueillir les premières de nos éminentes troupes locales. Cette année, c’est Maloya, objet impossible à identifier, qui sort de l’œuf pour Leu Tempo. Autant te dire que cette création en gestation depuis deux ans va retenir toute mon attention. Sergio Grondin pour les paroles, Kwalud pour l’enrobage sonore, et la créolie pour décor.

Jeudi 24 mai – C.D.O.I

Théâtre / Collectif M*M / Tête haute

Un conte pour enfant revu et corrigé à la sauce numérique, agrémenté de vidéos à la façon d’un livre pop up laisse présager d’un moment réjouissant, d’une pièce dynamique et sarcastique, où l’écriture scénique se travaille en images. Le collectif M*M présente Tête haute au grand marché, et j’y fonce tête baissée.

Jeudi 24 mai – Lespas Leconte de Lisle

Théâtre / Compagnie L’Agit / Sankara Mitterrand

Sankara Mitterrand raconte les truculentes joutes verbales entre le président français rompu aux arts du discours et celui du Burkina Faso, jeune bleusaille émérite. Outre l’aspect historique, cette pièce révèle l’opposition entre idéaux et démagogie, et propose des morceaux d’une rare densité. Le metteur en scène oulipien jusqu’aux os s’est emparé de leurs mots. Gare au brio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.