• 1ier septembre 2018
Léopard 2

Les Chroniques du léopard, la BD tant attendue d'Appollo et Tehem sort aujourd'hui dans toutes les bonnes librairies d'ici et d'ailleurs. Bongou a eu la chance, que dis-je, le privilège, de la découvrir en avant-première. Le verdict : prix Nobel de bédé !

Deux adolescents, Charles et Lucien se rencontrent au lycée Leconte-de-Lisle en 1941. Durant une année scolaire déterminante, les jeunes hommes vont se passionner pour la littérature, le cinéma, les filles, la politique, et leur vie va basculer en même temps que l'histoire du monde autour d'eux s'accélère.

On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans, clame le poète, pourtant, on fait des choix qui vont revêtir une importance cruciale, surtout quand la guerre gronde et fait écho au désir d'aventure, d'engagement, d'héroïsme. À quoi rêvent les adolescents ? Cette fiction sur fond historique, qui nous plonge dans la Réunion vichyste des années 41-42 avec sa galerie d'hommes célèbres, ou en passe de le devenir, y répond avec tendresse et humour : les adolescents, partout, de tout temps rêvent d'amour, d'amitié, et de donner un sens à leur vie.

Les adolescents ? Pas tous bien sûr, mais nos petits héros, dont on suivra l'éveil progressif, alors que germe en eux le sens de l'Histoire. Car si Charles et Lucien côtoient les frères Vergès ou Raymond Déramond-Barre, ce sont bien eux, les anonymes, ceux qui partagent des patronymes tels que Hoarau ou Turpin avec une foule d'autres, qui sont les héros de l'Histoire. Eux, et une fille aussi, Simone, parce que l'héroïsme, voyez-vous, ce n'est réservé ni aux adultes, ni aux célébrités, ni aux hommes.

Vous allez vous régaler en lisant Chroniques du léopard, vous plongerez dans la Réunion coloniale, avec son petit peuple et ses aristocrates, la Réunion longtemps, avec sa capitale et ses écarts réservés aux changements d'air et aux bains de mer. Autant de lieux communs ou familiers qui s'animeront de l'épaisseur du passé. Vous renouerez aussi avec votre âme d ‘enfant, vos désirs profonds, ceux qui n'en finissent pas de cogner, que vous ayez 17 ou 77 ans.

Bien sûr l'Histoire fabrique les héros. Chroniques du léopard nous rappelle que l'art, le 9ème en l'occurrence, peut aussi dessiner des héros selon nos cœurs, ceux qu'on n'a jamais cessé de rêver d'être.

Anabzl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.